Notre bilan du Malta Blockchain Summit (MBS) 2018

Nous ne pouvions pas revenir de Malte sans partager nos impressions sur ce nouvel eldorado de la blockchain. Notre sentiment général du Malta Blockchain Summit qui s’est déroulé le 1er et 2 novembre la semaine dernière est proche de celui du pionnier débarquant dans le grand ouest à l’époque de la ruée vers l’or :

Plus de 8500 visiteurs (5000 initialement prévus !), 300 exposants, une centaine de speakers, peut être l’un des 3 grands événements blockchain de l’année, tout particulièrement orienté investissement.

Dixit l’incontournable John McAfee, l’un des speakers du forum : « This is by far the most influential and energetic meeting of minds within the crypto community that I have had the pleasure to address.”

« ICO is no longer, long live STO » pourrait être le motto de ce forum, qui mise sur une nouvelle vague d’investissements via security tokens. Les avantages des security tokens sont notablement leur potentiel de conformité avec les règles régies par les autorités des marchés financiers, mais également la possibilité qu’ils ouvrent pour fractionner les actifs, les rendre plus liquides, des coûts d’émission plus bas et une plus grande efficience dans leurs échanges. Cette vague STO est portée par des investisseurs plus traditionnels, rassurés par les aspects de conformité, tout comme les nouveaux géants de l’écosystème blockchain qui cherchent à contrebalancer un portefeuille d’assets/utility token de plus en plus volatile.

Le MBS présente du lourd en termes de propositions d’accompagnement stratégique, technique, légal, financier auprès de startups qui se proposent de redistribuer les chaînes de valeurs de leur industrie. Et c’est bien l’enjeu : disrupter, redistribuer la donne, être parmi les pionniers qui auront la main heureuse afin de transformer en potentiel de gain le potentiel d’efficience introduit par cette techno.

Il faut dire que Malte met le paquet pour attirer l’industrie de la crypto. Elle est ainsi arrivée à créer un environnement réglementaire qui donne une visibilité sur le long terme sur son ADN Crypto-friendly (ce que la plupart des nations qui se proclament comme tel n’ont pas encore réussi à établir). Joseph Muscat, le premier ministre de Malte, en keynote speaker de l’ouverture de l’événement, rien que ça, a réitéré les bases des 3 projets de loi qui viennent d’être approuvées par le parlement :

  • « The Innovative Technology Arrangements and Services Act » a pour but d’enregistrer les fournisseurs de services.
  • « The Virtual Financial Assets Act » vise à réguler les levées de fonds digitales, et à poser les bases de réglementation des plateformes d’échanges de crypto-actifs.
  • « The Malta Digital Innovation Authority Act » instaure une autorité de régulation et de certification de la blockchain et des crypto-monnaies.

Cet environnement en plus de quelques cadeaux fiscaux ont convaincu des géants comme Binance ou OKEx, sans doute les deux premiers exchanges mondiaux de crypto-actifs, de venir s’installer sur la blockchain island, faisant de Malte aujourd’hui la première place d’échange mondiale en volume.

Car c’est cela qu’attend l’écosystème blockchain aujourd’hui : non pas un environnement laxiste, mais une vision et une stabilité, avec des règles claires. Dixit Joseph Muscat : “some may call it the future, but I call it the present.”