LE CONTEXTE

Le cloisonnement des données dans notre système de santé peut complexifier et ralentir la bonne prise en charge des patients, alors que ceux-ci devraient bénéficier d’un diagnostic éclairé, rapide et juste.

TRANSFORMATION BLOCKCHAIN

MYPL offre une solution innovante pour améliorer le processus de décision des professionnels de santé en oncologie, en facilitant un accès à des données de santé structurées de leurs patients. Cette solution mobile digitale, ayant pour partenaire technique Talium, agrège le « best of breed » des technologies blockchain actuelles, ainsi qu’une solution d’interopérabilité à la fois puissante, stable et scalable.

RESULTATS

MYPL permet le partage en temps réel des données patients collectées pour les praticiens, tout en garantissant par la blockchain leur intégrité et qualité, de même qu’un environnement sécurisé.

La solution MYPL utilise des technologies propriétaires d’IA pour valoriser ces données en fonction des besoins spécifiques de chaque praticien.

 

LE CONTEXTE

Notre système de santé souffre d’un cloisonnement des informations (médicales, administratives…), au détriment des patients eux-mêmes et leur prise en charge efficiente. L’interopérabilité entre établissements de santé et/ou praticiens est souvent problématique, voire inexistante. Par ailleurs, de nombreuses données sont rendues inaccessibles en dehors d’un établissement.

Au-delà de l’interopérabilité, de nombreuses réticences existent :

  • Les établissements de santé veulent continuer à avoir le contrôle des données issues de leur établissement
  • Une architecture centralisée permettant l’accès à ces données serait potentiellement plus exposée au hacking, sans solution technologique appropriée
  • Dans l’intérêt des patients, la mise en place d’un contrôle renforcé pour l’accès à leurs données amènerait une nouvelle complexité au système, sans garantie de leur adhésion
  • Cette complexité liée aux besoins de sécurité a des impacts sur la performance, la rapidité, la flexibilité et le coût du système / des organisations
  • La flexibilité est aussi impactée, rendant difficile la compatibilité RGPD ou le traitement anonymisé des données pour des applications dans la recherche ou l’épidémiologie.

Pour autant, un accès en temps réel aux dossiers des patients permettrait d’améliorer le processus de décision, dans certains cas d’éviter que de mauvaises décisions ne soient prises fautes d’informations validées et complètes. Voire éviter des erreurs médicales.

Actuellement, la recherche d’information se fait à l’initiative du praticien, sur la base de l’historique fourni par le patient lui-même. Les données obtenues peuvent manquer d’exhaustivité, sans compter le temps passé à les obtenir auprès d’autres praticiens, puis à trier les informations peu pertinentes. Le fait de fournir ces informations représente également une lourdeur administrative pour les établissements de santé. On voit d’ailleurs apparaître des initiatives locales pour le partage électronique des dossiers patients en particulier entre établissements de santé et praticiens de ville. Ces projets sont souvent initiés par des établissements pour alléger leurs charges, et plébiscités par les praticiens qui y voient un gain de temps et une amélioration de la prise de décisions. Cependant, elles sont souvent isolées et limitées au rayonnement d’un pôle de santé et ne permettent donc pas de couvrir tout l’historique des patients.

En outre, l’accès seul n’est pas la solution, car ces données restent brutes et peu exploitables en l’état. Il est indispensable de la structurer et de leur donner un sens médical.

L’inaccessibilité des dossiers patients ne permet pas non plus d’utiliser la masse d’informations collectées par les praticiens pour des usages analytiques (épidémiologie ou recherche clinique par exemple).

Cette situation est cependant en passe d’évoluer avec l’apparition des architectures décentralisées qui apportent une réponse aux barrières à l’entrée des solutions jusqu’alors envisagées. Christophe Vergne, CEO de MYPL, le dit : « l’avènement de la blockchain a été un déclencheur pour la résolution du problème de cloisonnement des données de santé ».

 

TRANSFORMATION BLOCKCHAIN

En effet, la solution blockchain MYPL ouvre aujourd’hui la voie à des solutions plus sécurisées et plus accessibles (en termes de complexité, de coût, de performance) en utilisant les propriétés natives des registres distribués, des smart contrats et de protocoles permettant l’accès sélectif à des informations clés.

Jean-Alexandre Kaminisky COO de MYPL, précise ainsi : « La blockchain ayant pu faire évoluer le paradigme du cloisonnement des données de santé, il restait à proposer une solution qui réponde aux besoins des patients, des praticiens, des académiciens et des institutions, tous ensemble. Nous avons très vite compris l’intérêt d’agréger les meilleures solutions technologiques au niveau mondial, pour parvenir à une promesse ambitieuse aux multiples applications cliniques.

Cette offre répond à l’expression de besoin des acteurs de la santé et des patients, à savoir :

  • Préserver l’intégrité des informations des patients. Les informations peuvent, selon la valorisation que l’on veut en faire, rester stockées dans les systèmes des établissements ou des praticiens qui les ont générées, ou, après anonymisation, être exploitées par des applications de machine learning.
  • La sécurisation: certaines blockchains parmi lesquelles les protocoles sMPC (voir notre article : http://talium.fr/secured-multiparty-computation-leconomie-de-la-donnee-disruptee/ ) garantissent la sécurisation de l’accès à l’information et de son transfert :  les données n’ont pas besoin d’être centralisées, le risque de hacking est considérablement réduit. La technologie blockchain employée dans la solution MYPL garantit que le patient a bien donné les permissions nécessaires à l’accès à ses données, que celles-ci sont entièrement sécurisées et que les données restent intègres,
  • Compatibilité RGPD (ou GDPR en anglais) : la solution MYPL est «GDPR compliant by design », et ceci grâce aux propriétés blockchain qu’elle a retenues et de par l’architecture IT de sa solution,
  • Transparence: grâce aux propriétés blockchain, la solution MYPL est auditable en temps réel par toutes les parties prenantes, construisant ainsi un référent qualité.
  • Rapidité: la blockchain et l’infrastructure cloud simplifient l’architecture globale retenue, tout en assurant l’interopérabilité des données, favorisant un accès rapide, en temps réel à l’information.

La solution MYPL est bâtie sur trois piliers technologiques que sont l’interopérabilité , la blockchain et l’intelligence artificielle, au sein d’une infrastructure Cloud.

Les technologies blockchain utilisées ont des caractéristiques répondant aux besoins de robustesse, de rapidité, de scalabilité mais également de gouvernance. MYPL s’est entouré de partenaires reconnus pour mener son projet à bien, dont AWS pour l’infrastructure Cloud, IBM pour son implication dans Hyperledger Fabric, Talium pour le développement et l’agrégation de différentes technologies au sein de cette architecture complexe.

Sur le plan de l’interopérabilité, un accord industriel majeur est en cours de validation.

Talium est également responsable du développement mobile de la solution, qui sera clé pour répondre aux besoins des personnels de santé évoluant en ambulatoire et dans des environnements hors connexion internet.

Comme l’exprime Jean-Alexandre Kaminisky : « MYPL a choisi Talium pour son expérience avérée d’architecte intégrateur de solutions à forte valeur ajoutée et d’expert blockchains sur des projets en production. Nous avons trouvé en Talium un partenaire de confiance, à l’écoute et force de proposition. »

Dans son développement, et étant donné l’enjeu d’adoption par un grand nombre d’acteurs pour un accès le plus large possible aux informations de santé, MYPL a adopté une stratégie de niche, parfaitement maîtrisée, en concevant une solution initialement dédiée aux praticiens oncologues, leurs équipes médicales et à leurs patients. Ceci a l’avantage de réduire le périmètre d’adoption initial à cette cible. La stratégie est ensuite d’élargir progressivement l’usage à d’autres spécialités en complétant les fonctionnalités.

L’oncologie est un des nombreux cas d’applications qui peuvent le plus bénéficier de cette solution étant donné notamment la prévalence de comorbidités.

Pour son développement produit, MYPL applique une démarche agile impliquant les personnels et les établissements de santé, les partenaires académiques et institutionnels. L’application, grâce à la brique IA, a ainsi pour objectif de parfaitement répondre aux besoins qualitatifs de chacun, leur livrant des données structurées et valorisées.

Des protocoles adossés aux blockchain pourraient également rendre possible le traitement anonymisé d’un volume inestimable de données auparavant inaccessibles car cloisonnées ; cette application intéresse particulièrement les organismes de recherche, mais également toute la profession de santé pour les indicateurs de performance qu’elle permettra de générer et suivre dans le temps. MYPL s’affirme ainsi comme un acteur clé de cette transformation digitale au cœur même de la santé.

 

Merci à Christophe Vergne et Jean-Alexandre Kaminisky de MYPL pour leur contribution à la rédaction de cet article.

A propos de MYPL : http://www.MYPL.io/ et https://youtu.be/0_cT3AC_EWM

A propos de Talium : http://talium.fr/